Back to top.
Zoom blueruins:

Gus Was A Friendly Ghost, written by Jane Thayer, illustrated by Seymour Fleishman, 1961.

blueruins:

Gus Was A Friendly Ghost, written by Jane Thayer, illustrated by Seymour Fleishman, 1961.

09.17.14 2106

larmoyante:

literary posters by bookrapport

09.17.14 2318
09.17.14 1
Zoom
09.17.14 845
Zoom 
Vivienne Westwood Red Label S/S 2015 at LFW

Vivienne Westwood Red Label S/S 2015 at LFW

09.16.14 14715
Zoom
09.16.14 683
Zoom 

Catalogue number Na00341 year autographed 2009  
Title: Poppies with cats tails
artist Wim Visscher watercolor Afm. 54 x 74 cm  
www.wimvisscher.nl

Catalogue number Na00341 year autographed 2009  

Title: Poppies with cats tails

artist Wim Visscher watercolor Afm. 54 x 74 cm  

www.wimvisscher.nl

09.16.14 915
Zoom kock-fien:

nyctaeus:

Nicholas Mottola Jacobsen

prettiest thing

kock-fien:

nyctaeus:

Nicholas Mottola Jacobsen

prettiest thing

09.16.14 15574
Zoom jesuisperdu:

william l. hawkins
09.16.14 50
Zoom
09.16.14 477

jennifermehigan:

crab-soup:

Jennifer Mehigan is a young Irish artist based in Singapore. Colours… colours!

i miss drawing

09.16.14 1088
Zoom inspirationfeed:

;) http://ift.tt/YO0MV0
09.16.14 85
Zoom modelopolis:

Marine Deleeuw photographed by Sharif Hamza for Interview Germany ‘Black Dress’ (November 2013)

modelopolis:

Marine Deleeuw photographed by Sharif Hamza for Interview Germany ‘Black Dress’ (November 2013)

09.15.14 7
Zoom Lors de la présentation de sa collection automne-hiver 2014-2015, Miucca Prada nous avait épaté. Mélangeant le froid et le chaud, s’inspirant de l’œuvre Pina Bausch ou Lola, ambivalent personnage de Rainer Fassbinder, elle signait une collection radicale sous influence seventies où le pull-over over-size rencontrait les détails en soie. Pour Antidote, Marine Deleuuw incarne implacablement la mode Prada de cet hiver. La jupe est midi mais le genou découvert, la cravate en soie rose rencontre le pull à découpes, les bottes sont hautes et les cheveux d’un vert résolument punk. Dans le film de Fassbinder, Lola est prostituée à la vie nocturne décadente mais, le jour, est taraudée par des désirs de bourgeoisie. Un déchirement existentiel indigne de la femme Prada, sûre d’elle et de ses mélanges stylistiques… mais qui n’oublie pas d’être ambiguë. Aussi résolu soit-il, on saisit dans le regard de Marine Deleuuw quelque chose de l’ordre de la quête. « Quand on y regarde de près, tout provient d’un incoercible besoin d’amour », disait Pina Bausch.
- Magazine Antidote

Lors de la présentation de sa collection automne-hiver 2014-2015, Miucca Prada nous avait épaté. Mélangeant le froid et le chaud, s’inspirant de l’œuvre Pina Bausch ou Lola, ambivalent personnage de Rainer Fassbinder, elle signait une collection radicale sous influence seventies où le pull-over over-size rencontrait les détails en soie. Pour Antidote, Marine Deleuuw incarne implacablement la mode Prada de cet hiver. La jupe est midi mais le genou découvert, la cravate en soie rose rencontre le pull à découpes, les bottes sont hautes et les cheveux d’un vert résolument punk. Dans le film de Fassbinder, Lola est prostituée à la vie nocturne décadente mais, le jour, est taraudée par des désirs de bourgeoisie. Un déchirement existentiel indigne de la femme Prada, sûre d’elle et de ses mélanges stylistiques… mais qui n’oublie pas d’être ambiguë. Aussi résolu soit-il, on saisit dans le regard de Marine Deleuuw quelque chose de l’ordre de la quête. « Quand on y regarde de près, tout provient d’un incoercible besoin d’amour », disait Pina Bausch.

- Magazine Antidote

09.15.14 1
Zoom
09.15.14 31287